Auteur : Raul Canibano

Nous ne savons pas grand-chose du photographe cubain Raul Canibano … Sauf que ses photos en Nb sont souvent très originales avec des cadrages et des plans différents qui permettent plusieurs grilles de lecture. J’aime beaucoup ! Et vous ?

Raúl Cañibano

Raúl Cañibano vit et travaille à La Havane à Cuba.

Sa première exposition personnelle, Lonely Hunter, a eu lieu en 1993 à la Fototeca de Cuba à La Havane. Depuis, ses photographies ont été exposées au Mexique, au Canada, au Brésil, aux États-Unis, en Espagne, en Grèce, en Italie, en Belgique et au Japon.

En 1999, il a remporté le Grand Prix de l’Exposition nationale cubaine de photographie pour son projet sur la vie des travailleurs ruraux, Tierra Guajira. Il était l’un des onze photographes sélectionnés pour « Cuba, Si! » rétrospective de 50 ans de photographie cubaine au Royal National Theatre de Londres en 2000.

Son travail fait partie de la collection du Centre international de photographie de New York.

Élevé dans la province rurale de Las Tunas, à l’est de Cuba, Cañibano a travaillé comme soudeur jusqu’en 1989, date à laquelle une visite à une exposition de photographies surréalistes d’Alfredo Sarabia à la Fototeca de Cuba l’a inspiré à poursuivre une carrière de photographe à près de trente ans.

Largement autodidacte, Cañibano a rapidement rejoint la génération de photographes qui a vu le jour dans les années 1990 suite à la dissolution de l’Union soviétique et intéressé à documenter les effets de la crise économique sur les moyens de subsistance et les expériences des «Cubains».

Sa première photographie, représentant l’ombre d’une statue équestre coupée au milieu pour révéler un arrangement linéaire de lampadaires modernes sur un ciel austère et sans nuages, a montré ses préoccupations à la fois esthétiques et politiques. La composition fait allusion à ses influences surréalistes, tout en évoquant le passé turbulent de l’île et le présent changement socio-économique imminent.

Aubrac en NB

En vrac, quelques photos d’Aubrac en NB

Petit rappel : 10 photos maximum par personne. Il en manque une, c’est la une 🙂

Auteur – Stephen Shore

Stephen Shore a été un photographe très précoce. Encore adolescent certains
de ses clichés furent exposés au MOMA de NY ! C’est le photographe d’une
Amérique banale. Pourtant ses photographie sont extrêmement bien composées !
Aujourd’hui il est considéré comme un maître jouissant d’une vrai renommée
internationale …

Je vous propose 2 liens pour ouvrir des vidéos de Laurent Breillat et de
Thomas Hammoudi sur Stephen Shore. Je vous encourage vivement à les
visionner !

Livres Stephen Shore

Un article de Laurent Breillat (https://apprendre-la-photo.fr/) sur Stephen Shore :

“Je vous répète “assez souvent” ( 😀 ) que la culture photo est importante pour progresser, et je vous aide à avancer dans ce domaine le plus souvent possible, notamment avec les épisodes d’Incroyables Photographes.

L’un d’eux était à propos de Stephen Shore, un photographe qui a une place très importante dans l’histoire de la photographie.

Aujourd’hui, je voudrais revenir sur son travail, et vous expliquer concrètement comment le connaître m’a permis de mieux me comprendre photographiquement, et du coup d’orienter ma pratique photo.

C’est un exemple pratique de ce que la culture photo peut vous apporter. Evidemment ici je parle de mon cas personnel, donc peut-être que vous ce sera avec un autre photographe et que vos conclusions seront complètement différentes, mais peu importe : ce qui compte, c’est qu’à force de regarder le travail des grands qui nous ont précédés, on peut se situer par rapport à eux et guider notre évolution photographique.

Je vous laisse découvrir ça dans la vidéo du jour :

Ce que 2 livres de Stephen Shore m’ont appris sur ma photographie

Également, un lien avec une très intéressante présentation de Thomas Hammoudi sur les leçons de photographie de Stephen Shore :

Stephen Shore

Stephen Shore (né en 1947 à New York) est un photographe américain. Il est célèbre pour avoir participé à partir de 1972 à la reconnaissance de la photographie couleur comme art à part entière dans les musées et les galeries d’art aux États-Unis à une époque où le noir et blanc était encore prédominant.

Continuer la lecture de « Auteur – Stephen Shore »

Auteur – Peter Lik

Peter Lik est un photographe australien, spécialisé dans les paysages. Il est connu pour avoir vendu la photographie la plus chère au monde (6,5 millions de $). Il s’agit d’une photo en NB du fameux “antilope canyon” près du lac Powell (c’est la 1e. Je l’ai dénommée 6,5 $). C’est un richissime collectionneur de Las Vegas qui l’aurait achetée. Il en a également vendu plusieurs à + d’un million de $. C’est un photographe professionnel qui gagne bien sa vie avec son art, ce qui n’est pas le cas de nombre de ses confrères !!!

Pourtant, je ne dit pas que ses photos sont banales, mais ce n’est pas non plus, à mes yeux, la grande extase !!!
Il vous appartient de faire votre propre opinion !

Peter Lik

Peter Lik est né à Melbourne en Australie en 1959, de parents tchèques qui ont immigré à la suite de la Seconde Guerre mondiale.

Il a réalisé sa première photo à l’âge de 8 ans, lorsque ses parents lui ont donné un Kodak Brownie pour son anniversaire. Le sujet de sa première photo a été une toile d’araignée prise dans le jardin de la maison familiale.

Dans sa jeunesse, Lik emportait son appareil pendant les vacances de famille et prenait aussi dans le même temps des clichés du paysage et des étendues de mer.

Il a continué ses clichés dans les campagnes et dans les régions sauvages d’Australie, souvent accompagné par son ami et collègue photographe, Michael Plumridge.

En tant que photographe, Lik est un autodidacte, qui a appris principalement par essai et erreur. Peter Lik est un photographe de paysage australien.

En décembre 2010, Lik a vendu une photo 1 million de dollars à un collectionneur anonyme, sa vente la plus élevée à ce moment-là. La photo intitulée « One » a été prise sur les rives de la rivière Androscoggin au New Hampshire.

Lik a déclaré qu’une seule copie de la photo serait imprimée. Selon BuzzFeed, à partir de 2011, le prix du cliché «One» en fait la 11e photographie la plus chère du monde.

Route du vallon des Mayans

Ces photos ont été prises (trop) rapidement à Septèmes les Vallons.  Il s’agit d’un très grand lotissement abandonné. En 1968, un promoteur véreux est parti avec la caisse laissant des dizaines d’acquéreurs sur la paille.

En dépit de plusieurs tentatives de reprise ce lotissement est finalement abandonné. C’est un grand site (on parle de 40 bâtiments !) qui est une mine pour photographes !!! L’endroit est parfaitement calme et il est situé dans un quartier plutôt résidentiel des hauts de Septèmes. Son adresse “Route du vallon des Mayans”. Au-dessus de ce lotissement se trouve une petite colline, qui est un site archéologique (Oppidum Celto-Ligure des Mayans).

Je vous invite à grimper sur cette colline car la vue sur Marseille est très belle. 

Voilà une idée de sortie photographique !

Auteur : Le petit monde de Frank Kunert

Le photographe allemand Frank Kunert occupe une place à part dans l’univers
de l’image. Je suis personnellement assez sensible à ce “petit monde” …
Inspiré par Gilbert Garcin ???

Frank Kunert

Frank Kunert (né en 1963 à Francfort-sur-le-Main) a grandi dans la région de Rhénanie et a commencé à photographier à l’adolescence, alors qu’il s’intéressait particulièrement à la photographie de paysage.

Continuer la lecture de « Auteur : Le petit monde de Frank Kunert »

Cité Kallisté à ND Limite

Il ne faut pas se promener le soir avec un appareil photo dans l’immense cité Kallisté à ND Limite ! Mais le matin, les “choufeurs” sont dans leur lit, et tout est calme … 5 immeubles, très dégradés, vont être détruits dans les 2 prochaines années. Ce ne sera pas du luxe !!!

[Reportage] Proposition N°1 : Bois du Luc

Ce jeudi, j’ai besoin de vos conseil pour sélectionner une série de 8 photos que je vais présenter au concours national Reportage.

Voici la 1e proposition, ainsi que le texte explicatif joint, et que je transmet également ci-dessous.

Merci pour votre aide

Amitiés / Didier

Bois du Luc

L’immense site industriel de Bois du Luc se situe à environ 40 kms au sud-est de Bruxelles sur la commune de La Louvière. Cré en en 1685 sous le nom de Ia « Société du Grand Conduit et du Charbonnage de Houdeng », devenue, au 19e siècle, la « Société de Bois-du-Luc » cet ensemble de mines, d’activité sidérurgique, et d’habitat ouvrier, est resté en activité jusqu’ en 1973.

Ce site témoigne de la vitalité de l’épopée charbonnière de la région wallonne.

Une partie du site a été réhabilité et peut être visité. En particulier les ateliers mécaniques, qui font l’objet de l’essentiel des clichés présentés ici. Cet ensemble industriel est inscrit par l’UNESCO au patrimoine mondial de l’humanité.