EXPOSITION
Grégoire Eloy 
"Les oubliés du Pipeline"

Vendredi 6 avril 2012 au musé d'Allauch

Invité d’Honneur du Salon, le photographe "Grégoire Eloy" édité par Images Plurielles

D'ores et déjà, vous pouvez noter la date du vendredi 6 avril 2012 sur vos calendriers.
Pour assister au vernissage de l'exposition de notre invité Grégoire Eloy.


LE MONDE A BESOIN DE CARBURANT
La chute de l’Union Soviétique au début des années 90 mettra le feu aux poudres dans les nouvelles républiques du Sud Caucase.
Entre Mer Noire et Mer Caspienne, l’effritement du ciment soviétique réveillera les dissensions ethniques et religieuses et engendrera une série de conflits indépendantistes volontier attisés par la Russie. Les guerres d’Abkhazie et d’Ossétie du sud en Géorgie et celle du Haut Karabagh entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan éclateront entre 1992 et 1994, provoquant un déplacement de populations sans précédent.

0046.jpg 

Pour la Russie, la déstabilisation de la région est l’occasion de retrouver l’influence perdue sur une zone qui contrôle l’accès aux ressources énergétiques de la Mer Caspienne.
Car les réserves de cette dernière sont immenses et la chute de l’empire soviétique ouvre la voie aux puissances occidentales pour leur exploitation. L’Europe et les Etats-Unis ne s’y trompent pas. Dès 1994, BP et un consortium de compagnies pétrolières occidentales signent avec l’Azerbaïdjan un contrat pour l’exploitation d’un gisement de 5,4 milliards de barils de brut au large de Bakou. Pour se garantir une totale indépendance vis-à-vis de la Russie et ne pas subir les restrictions de transit du Bosphore, le consortium n’hésitera pas
à investir les 3,6 milliards de dollars nécessaires pour la construction d’un oléoduc de 1 760 km à travers l’Azerbaïdjan, la Géorgie et la Turquie pour acheminer jusqu’à 1 million de barils par jour jusqu’à la côte Méditerranéenne. Après 4ans de construction, le pipeline BTC (Bakou-Tbilissi-Ceyhan), deuxième pipeline du monde, est inauguré en juin 2006.
Sur la carte, les circonvolutions du BTC, qui s’applique à contourner les « zones à risque», rappellent cruellement à quel point la situation politique et sociale de la région n’est pourtant pas réglée. Le long de son parcours, on trouve le Haut Karabagh, territoire toujours disputé entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan 13 ans après le cessez-le-feu, l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud, territoires maintenant indépendants mais non reconnus par la communauté internationale, et le problème kurde du sud-est de la Turquie qui reste entier. Le pipeline n’est pas visible. Il est sous terre, sécurité oblige. À la surface, dans un décor de banqueroute soviétique, la situation des 250 000 déplacés d’Abkhazie en Géorgie, des 600 000 déplacés du Haut Karabagh en Azerbaïdjan empire de jour en jour. 15 ans après la fin des conflits, les familles attendent leur sort dans des hôtels abandonnés, dans des camps de réfugiés. Les retraités finissent leurs jours dans des wagons à marchandises, les enfants naissent réfugiés et ne s’intègrent pas. Ils vivent isolés, entretenus dans leur rêve illusoire d’un retour au pays. Le coup de projecteur médiatique autour de l’inauguration du BTC ne soulèvera pourtant que peu d’interrogations.
Même les ONG ne sont plus sur le terrain pour soulager, manque de financements. La logique économique est impitoyable. Le monde a besoin de carburant. Le long de l’itinéraire du BTC, plusieurs centaines de milliers de personnes sombrent dans l’oubli.


LA DEMARCHE ARTISTIQUE

"Au cours de l’année 2006, Grégoire Eloy a parcouru l’Azerbaïdjan, la Géorgie et la Turquie avec comme fil d’Ariane la trajectoire du Bakou-Tbilissi-Ceyhan (BTC).
Il a porté ses pas et posé son regard sur un pipeline récemment mis en service dans la région caucaso-caspienne.
Il s’est attaché à suivre le tube sans jamais le montrer. Peu lui chaut que les stations de pompage rutilantes crachent d’esthétiques volutes de fumée dans des ciels d’acier. Peu lui sied le spectacle démiurgique d’armées d’ouvriers luttant «pour que le pétrole passe».
Son oeil s’est arrêté sur les hommes qui vivent dans le couloir de l’énergie mais que l’or noir ne concerne pas.
Le photographe n’est pas à la tribune mais sur le terrain. Il transcrit dans ces images la complexité du monde. Il laisse la beauté de son oeuvre porter jugement.
Ses photos sont traversées par le thème de l’oubli. L’oubli à travers elles se rappelle au regard. Les êtres laissés sur le côté du chemin apparaissent voilés, hachés par des biseaux de lumière, dissimulés derrière des écrans de fumée, des carreaux brisés. Le clair-obscur abolit les faux-semblants. Le regard perce le silence. Et l’on comprend que l’objectif d’Eloy ne se réduit pas à prendre en photo les oubliés du pipeline mais à leur donner chair, à leur rendre une existence".
(Extraits du texte de Sylvain Tesson)


BIOGRAPHIE
Né à Cannes en 1971. Après une formation en économie et finance et une carrière en entreprise, il se consacre depuis 2003 à la photographie.
Il est assistant de Stanley Greene entre 2003 et 2005.
Son premier projet photographique, issu d’un voyage sur les nouveaux contours de l’Europe réalisé au cours de l’automne 2003, est lauréat de la Bourse du Talent Reportage de Photographie.com en 2004.
Depuis 2003, il poursuit ses reportages dans les pays d’ex-Union Soviétique et d’Asie Centrale sur des thèmes liés à l’espace, la mémoire et à l’héritage soviétique, plus récemment en Géorgie et autour de la Mer d’Aral.
Sa série sur les déplacés des conflits du Sud Caucase, « Les Oubliés du Pipeline », a fait l’objet d’un livre paru aux Editions Images Plurielles en 2008 avec le Soutien d’Amnesty International.
Il collabore aussi depuis 2010 avec F93, centre de culture scientifique et technique de Seine-Saint-Denis sur des projets photographiques liés à la science.
Son travail est représenté par les galeries La Petite Poule Noire, Polka Galerie et Wanted Paris.


EXPOSITIONS INDIVIDUELLES
2011        La Petite Poule Noire, exposition « L’ombre du Cygne »
2010        Façade de l’Institut d’Astrophysique de Paris en collaboration avec F93, « Univers en furie»
                Archives et Bibliothèque Départementale, Marseille, «Les Oubliés du Pipeline»
2009        Transphotographiques, Lille, «Wizowa»
                Centre du Patrimoine Arménien, Valence, « Les Oubliés du Pipeline»
2008        Galerie Wanted, Paris, «Gdansk»
2007        Galerie Fait et Cause, «Les Oubliés du Pipeline» 
                Visa Pour l’Image, Perpignan, projection «Les Oubliés du Pipeline»
                Festival Transfotografia, Gdansk, Pologne, «Wizowa»
                Promenades Photographiques de Vendôme, projection «Les Oubliés du Pipeline»
2006        Espace Confluences, Paris, «Wizowa»
2005        Fotofestiwal, Lodz, Pologne, «Nouveaux Contours de l’Europe»


EXPOSITIONS COLLECTIVES
2011        Galerie Baudoin Lebon
                Polka Galerie


LIVRES
2008        Les Oubliés du Pipeline, préface de Sylvain Tesson, Editions Images Plurielles

 

001_GREG_ELOY.jpg

043_GREG_ELOY.jpg